[75ème anniversaire de l’UNESCO : au cœur des sciences humaines et sociales]

L’UNESCO est l’organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture. Jusque-là, on ne vous apprend rien. Mais saviez-vous que les sciences auxquelles s’intéressent cette organisation ne sont pas uniquement naturelles mais aussi sociales et humaines ? Si ce n’est pas le cas, notre antenne vous fait part de ce savoir, en guise de cadeau pour le 75e anniversaire de l’UNESCO !

Les sciences sociales et humaines occupent une place capitale dans l’agenda de l’Organisation. Chaque jour l’UNESCO accompagne ses 193 États Membres en vue de mieux comprendre chaque culture et d’œuvrer ensemble, dans l’objectif d’aboutir à une paix durable. Dans l’élaboration de cette paix durable, l’Organisation étudie chaque société, qui se diversifie constamment, et propose des missions spécifiques dans les différentes sphères comprenant des lacunes afin de les éliminer.


Pour ce faire, l’Organisation porte son regard sur les différentes transformations sociales que connaissent les sociétés. Les causes de ces transformations sont multiples : elles vont des changements environnementaux aux crises économiques, en passant par la mondialisation. Afin de remédier aux effets néfastes des transformations sociales – que sont l’accroissement de la pauvreté, de l’inégalité et la non-application des droits fondamentaux – l’UNESCO met en place le programme pour la Gestion des transformations sociales (MOST). Ce programme traite essentiellement la question de l’inclusion sociale, ainsi que celle des dimensions sociales du changement climatique (1).


Les activités de l’Organisation ne s’arrêtent pas là. Penser les sciences sociales et humaines, c’est aussi étudier le sport. Comme nous le voyons tous les quatre ans, les jeux olympiques d’été sont semblables à une énorme fête fédérant des communautés de tous horizons, et brisant toutes barrières sociales et frontières géographiques. C’est en ce cela que l’UNESCO sera attentive aux jeux olympiques de 2024, qui se dérouleront à Paris – là où se situe le siège social de l’Organisation – et dont l’événement pourrait s’inscrire au patrimoine immatériel mondial de l’UNESCO (2). Ce sera alors l’occasion de prolonger le travail que réalise l’Organisation dans sa lutte contre le dopage dans le sport.


Au vu de tout ce que l’UNESCO réalise dans le but d’enrichir le domaine des sciences humaines et sociales, force est de constater que le programme pour la gestion des transformations sociales ainsi que sa focale sur le sport ne sont que la partie visible de l’iceberg. En effet, les travaux portés par l’Organisation dans le thème des sciences sociales sont multiples et hétéroclites, comme le montrent ses missions pour promouvoir la citoyenneté mondiale, le dialogue interculturel, la culture de la paix et de la non-violence, ou encore l’éthique des sciences et des technologies.
Pour le 75e anniversaire de l’UNESCO, l’antenne de SONU prévue à cet effet propose aux plus curieux d’entre vous d’explorer les différentes autres missions de l’Organisation, sur le thème des sciences sociales et humaines, en cliquant juste ici : https://fr.unesco.org/themes/apprendre-%C3%A0-vivre-ensemble

  1. https://fr.unesco.org/themes/transformations-sociales/most
  2. https://www.leparisien.fr/sports/JO/paris-2024/paris-2024-veut-faire-entrer-l-esprit-olympique-au-
    patrimoine-de-l-unesco-07-10-2019-8167533.php

Article de : Jonathan Katende

Partager :

[Geography Awareness Week]

La « Geography Awareness Week », est une semaine dédiée à la géographie sous toutes ses formes, créée il y a plus de 25 ans par la National Geographic Society des Etats-Unis. Pendant la 3ème semaine de novembre, les citoyens de tout âge sont amenés à penser et réfléchir sur l’importance des espaces dans leur vie.

Bien que la géographie soit une matière enseignée en France dès les classes de primaire, le
magazine National Geographic écrivait que « trop de jeunes américains sont incapables de prendre des décisions efficaces, de comprendre les enjeux géospatiaux, ou même de reconnaître leur impact en tant que citoyens du monde », principe sûrement trop applicable aux jeunes français.

Cette semaine a principalement un but éducatif : rendre accessible à tous la géographie,
science trop méconnue mais indispensable au quotidien. Des initiatives à la fois citoyennes mais principalement scolaires voient le jour chaque années, menées par des enseignants ou des étudiants pour rendre attractif cette science.

En 1966, dans sa Collection « Programme et méthode d’enseignement », l’UNESCO écrivait
déjà que sa mission a toujours été de « favorisé toutes les initiatives susceptibles d’améliorer la compréhension mutuelle entre les peuples ». L’importance de la géographie était déjà promue en tant que, « par son essence même, [elle] peut contribuer le plus naturellement à la formation civique de la jeunesse ». Elle « crée et stimule, en outre, la sympathie active des élèves pour les autres peuples du monde. Il leur fait connaître comment ont vécu et vivent ces peuples, quelle est la contribution de chacun d’eux au patrimoine commun de l’humanité ».

A cette occasion, des associations étudiantes comme la SONU proposent de faire découvrir la Géographie grâce à des conférences, infographies…etc. L’antenne UNEV vous proposait en novembre 2019, en partenariat avec l’Oekoumene, un café-débat sur le thème des « peuples autochtones et la déforestation ».

Article de : Anaëlle Rapet

animaux apprentissage architecture art artiste ciel cinéma confinement culture découverte découvrir education exposition femmeartiste film flore france féminisme histoire internet italie lecture musée nature ouv paix paris patrimoine patrimoinehistorique paysage peintre peinture photographie phénomène promenade protection sciences unesco ville visite visite culturelle vue école éducation étudiant

Partager :