[Idée de série documentaire : Dans le sillage d’Ulysse avec Sylvain Tesson]

ARTE nous invite à (re)découvrir l’incroyable épopée homérique de l’Odyssée à travers une série
documentaire de 5 épisodes de 27 min intitulée « Dans le sillage d’Ulysse avec Sylvain Tesson ».
Cet écrivain et aventurier, passionné par les péripéties du héros grec, nous propose d’explorer les lieux marqués par le voyage d’Ulysse. Il est spécialiste et admirateur du grand poète Homère.

De Troie à Ithaque, de la Turquie à la Sicile en passant par la Sardaigne, la Grèce ou encore
l’Albanie, Sylvain Tesson et son ami, le réalisateur Christophe Raylat, embarquent le spectateur
dans leur aventure méditerranéenne à bord d’un grand voilier pour revivre les mythes
extraordinaires de l’Odyssée.

Pour son aventure, Sylvain Tesson reste fidèle au texte de l’Odyssée et s’inspire des
reconstitutions cartographiques de Victor Bérard, helléniste français du XXe siècle. Ce dernier a
traduit l’Odyssée d’Homère et essayé de transposer son voyage mythologique en localisant les
lieux évoqués par le poète.

Sylvain Tesson sillonne la Méditerranée pour retracer l’errance d’Ulysse et de ses compagnons,
qui, après la guerre de Troie, cherchent à retrouver le chemin de leurs foyers. Leur épopée dure
dix ans, pendant lesquels ils font face à une multitudes de péripéties. Testés par les dieux de
l’Olympe, ils finissent par retrouver leurs terres. L’aventure commence dans les ruines de Troie,
point de départ de l’Odyssée, et se poursuit à travers la Méditerranée. Ce voyage maritime nous
invite à découvrir la terre des Cyclopes, l’ile de la magicienne Circée ou encore les îles des sirènes
ayant tenté Ulysse. Autant de lieux et de personnages mythologiques qui ont traversé les siècles
pour marquer notre civilisation.

L’aventure est ponctuée de rencontres avec des spécialistes (philosophes, vulcanologues,
archéologues, botaniste) et d’habitants et marins. Chacun apporte à sa façon sa contribution et
son savoir au service d’un projet liant mythes et réalité.

Ainsi, c’est une une épopée intemporelle, tant poétique, qu’historique, géographique et maritime
qui nous est proposée et nous emporte dans un monde à la fois mythologique et bien réel.

Les 5 épisodes sont disponibles sur ARTE en replay, jusqu’au 15 juin 2020.

Lien ici

Nous vous invitons à (re)lire l’Iliade et l’Odyssée du poète grec, Homère, afin de mieux
appréhender l’émission !

Pour aller plus loin :

Sylvain Tesson, romancier mais avant tout aventurier, raconte ses nombreux voyages à travers
ses ouvrages souvent autobiographiques. Il voyage principalement dans l’ancienne URSS, depuis
la chute du régime soviétique. Nous vous invitons à découvrir par exemple Sibérie, ma chérie,
(2012), un carnet de voyage rassemblant les textes de Sylvain Tesson et des illustrations de deux
de ses amis : des photographies de Thomas Goisque et des aquarelles et des dessins de Bertrand
de MiolIis. L’auteur et ses collaborateurs font découvrir le charme de la Sibérie, sauvage,
immense, et d’une beauté froide à travers un carnet très poétique et haut en couleur.

Plus récemment, en 2016, l’aventurier à publié un roman Sur les chemins noirs, où il part à pied à la découverte de la France profonde, sauvage et méconnue. Il n’emprunte que les « chemins
noirs », ces sentiers, pistes, et traces historiques de la France rurale, en reliant le Mercantour au
Cotentin. Ce texte est une invitation au voyage, une bouffée d’air qui donne à voir la France
comme vous ne l’avez jamais vue par une écriture emprunte de poésie et de métaphores.

Article de : Agathe Passerat de La Chapelle

Partager :

[Chronique sur le patrimoine Unesco en France : Provins, ville de foire médiévale]

Depuis 2001, la cité médiévale de Provins est inscrite au Patrimoine
Mondial de l’Unesco. Unique témoin d’une cité marchande des Foires de
Champagne des XIe et XIIIe siècles, cette ville de foire médiévale, située au
cœur de la région Île-de-France, est représentative d’un patrimoine qui a su
garder l’authenticité de l’héritage culturel et architectural du Moyen-Age.

L’inscription de Provins sur la liste du Patrimoine Mondial de l’Unesco
découle de l’initiative de l’ancien ministre Alain Peyrerefitte qui, dès 1997, avait
proposé le classement de la cité médiévale. En collaboration avec le ministre
de la culture, cette initiative a été reprise en 2000 afin d’inscrire la ville au
patrimoine de l’Unesco avec pour thème « Provins, témoin exceptionnel des
foires médiévales ».

Le site de Provins témoignant d’un échange d’influences
commerciales et culturelles du XIème au XIIIème siècles et étant directement
associé au développement économique de la chrétienté au Moyen-Age, le
jury a décidé de classer l’ensemble de la ville au Patrimoine Mondial de
l’Unesco en 2001.

Cette ville médiévale fortifiée se situant au cœur de l’ancienne région
des comtes de Champagne, hébergeait les grandes foires annuelles reliant
l’Europe du nord au monde méditerranéen. Elle fut le témoignage de l’essor
du grand commerce international en Europe. L’institution des foires fût la
garantie de la protection des transports de marchandises à longue distance
entre l’Europe et l’Orient et encouragea l’essor de diverses activités comme
la banque et le charge, ainsi que des activités productives comme le tannage,
la teinture ou la draperie. Dès l’an 1000, le plan urbain de Provins a été
aménagé afin d’accueillir aisément tous les marchands. On retrouve ainsi des
maisons de marchands à 3 étages qui sont pourvues de caves et d’entrepôts
voûtés afin de stocker la marchandise. On y retrouve également des rues
larges afin de faciliter l’emplacement des étals et le passage des convois.

Grâce à ce tracé urbain et à cette architecture, Provins conserve les
grandes caractéristiques des grandes villes de foire médiévale. Avec cet
ensemble architectural civil, militaire et religieux unique, le site ne compte pas
moins de 58 monuments historiques classés ou inscrits. Les remparts de la
ville fortifiée, édifiés entre le XIème et le XIIIème siècle, formant une enceinte
de 5 km afin de protéger les hommes et les richesses, témoignent de cet art
militaire. Symbole de la ville et de la puissance des comtes de Champagne,
Provins est également riche de la mythique Tour César. Concernant l’héritage
religieux, il est possible de l’admirer grâce à la collégiale Saint-Quiriace et
l’Eglise Saint Ayoul. Aussi, afin de s’imprégner de cette époque médiévale
bercée par les foires, il est possible de découvrir les métiers et marchands de
l’époque à la Grange aux dîmes et de découvrir les lieux mystérieux de la cité
en s’engageant dans les souterrains de Provins.

La préservation de l’ensemble de ce patrimoine témoigne de la
richesse de l’histoire de cette ville qui a culminé au XIIIème siècle. Afin de
faire vivre ce patrimoine d’exception, on retrouve aujourd’hui de nombreuses
animations tels que des spectacles médiévaux avec des démonstrations de
rapaces en vol libre ou des tournois de chevaliers et des fêtes traditionnelles
associant la population avec la fête médiévale et la fête de la moisson.

Article de : Nastasia Syed

Partager :

[Spécial confinement : l’Opéra National de Paris en ligne]

Le confinement est l’occasion de (re)découvrir des ballets renommés et des chefs-d’oeuvre lyriques.

L’Opéra national de Paris est une institution française, sous la tutelle du ministère de la Culture. Il s’agit de la compagnie française de ballet et d’opéra qui a succédé à l’Académie royale de musique. Elle a pour objectif de diffuser et préserver des œuvres du patrimoine lyrique et chorégraphique. L’Opéra national de Paris encourage également la création d’œuvres contemporaines. Dans cette perspective, ce sont plus de 350 représentations par an qui sont données. L’Opéra national de Paris dispose de deux théâtres : le Palais Garnier (1875) et l’Opéra Bastille (1989). 

En partenariat avec France Télévisions, l’Opéra a rendu accessible en ligne et gratuitement une partie de ses productions emblématiques. Vous pouvez ainsi regarder et écouter des ballets ou des opéras depuis chez vous !

L’offre est large, en passant de l’opéra de Bizet « Carmen », aux symphonies de Tchaïkovski, sans oublier les ballets classiques comme « Giselle » de Théophile Gautier ou des ballets davantage modernes, tel « Body and Soul » de Crystal Pite.

Laissez-vous tenter par le ballet romantique et intemporel, Giselle, qui se tient au Palais Garnier. Ce ballet, maintes fois transmis, interprété et adapté, a été créé au XIXème siècle. Le livret est l’oeuvre de Théophile Gautier, poète et romancier français, qui s’inspira du mythe des Wilis (spectres de jeunes femmes défuntes, mi-vampires et mi-nymphes, poursuivant leurs fiancés pour les précipiter dans la mort). La musique a été écrite par le compositeur français Adolphe Adam. Les costumes et les décors de la version proposée par l’Opéra National de Paris, plongent les spectateurs dans l’atmosphère d’abord légère et campagnarde puis lugubre et spectrale. Les danseurs sont envoûtants et entraînent le public dans leur univers.

Si vous préférez la musique classique, prenez le temps d’écouter les symphonies de Tchaïkovski. Dans le cadre du Cycle Piotr Ilyitch Tchaïkovski, Philippe Jordan et l’Orchestre de l’Opéra national de Paris ont repris les œuvres de ce romantique russe de renom.

Vous pouvez les découvrir jusqu’au 3 mai sur le lien suivant :

https://www.operadeparis.fr/magazine/symphonies-n3-et-n6-de-tchaikovski

– disponible jusqu’au 03.05.2020

L’Opéra National de Paris, propose également de découvrir les coulisses, avec de courtes vidéos thématiques réalisant des portraits d’instruments, la découverte des costumes ou proposant des interviews de danseurs ou chorégraphes. Une façon originale de s’immerger dans le quotidien de l’Opéra National de Paris.

Amateurs de danse et de musique, n’hésitez plus !

N.B : A la sortie du confinement, vous pourrez visiter le Palais Garnier chef-d’œuvre de l’architecture théâtrale du XIXe siècle et l’Opéra Bastille, salle d’Opéra moderne construit en 1989, accueillant tous deux les oeuvres de l’Opéra national de Paris et ouverts aux visiteurs.

En attendant, une visite virtuelle du Palais Garnier est disponible en ligne

Partager :

[Spécial confinement : Idée de sortie du vendredi à la maison]

Le bon plan confinement du week-end ? La web-télé de la Comédie Française.

Ce week-end, l’antenne UNESCO vous propose d’exporter la culture chez soi grâce à la belle initiative de la Comédie Française « La Comédie continue ! ».

La web-télé (disponible ici) vous propose un large programme accessible à tous.

Retrouvez tous les soirs deux spectacles de la Comédie Française à 18h30 et 20h30. Une occasion en or pour (re)découvrir des classiques du théâtre ou des pièces plus contemporaines !

Au programme ce week-end par exemple :

– Vendredi 24 avril
20h30 : Dom Juan ou le Festin de Pierre de Molière

– Samedi 25 avril
18h30 : Une visite inopportune de Copi
20h30 : Lorenzaccio d’Alfred Musset

– Dimanche 26 avril :
18h30 : Phèdre de Sénèque

Article de : Éléonore Pradal

afrique animaux architecture archéologie art artiste ciel cinéma confinement culture découverte découvrir education engagement exposition femmeartiste film flore france féminisme histoire journée mondiale lecture musée nature ouv paix paris patrimoine patrimoinehistorique paysage peintre peinture photographie phénomène promenade protection sciences unesco ville visite visite culturelle vue école éducation

Partager :

[Spécial confinement : Se cultiver chez soi]

Chaque lundi retrouvez une découverte culturelle sur notre page pour vous occuper et vous inspirer pendant le confinement : aujourd’hui nous vous faisons découvrir la bande-dessinée Habibi.

Cette bande dessinée de Craig Thompson relate l’histoire de deux esclaves en fuite dans un pays arabe imaginaire. Dodola, jeune enfant vendue à un scribe, traverse une épopée déroutante au fil d’histoires ancrées dans le réel et de contes narrés. Par un dessin rêveur et une voix poétique, Habibi décrit la misère et la solitude par l’image d’un bateau échoué dans le désert. Surtout, le livre est profondément empreint des écrits bibliques et coranique.

Tel un roman initiatique, Habibi raconte comment Dodola et Cham, les deux protagonistes, ont traversé les épreuves marquantes de la vie. C. Thompson nous montre la misère, la réalité de la vie d’esclave et de la pauvreté. L’histoire est entrecoupée de passages de livres sacrés, racontés à nouveau et réinterprétés avec l’histoire qui nous est narrée. Son récit entre deux âges nous propulse dans un monde futuriste que la pollution et la cupidité des hommes a rendu infernal.

Par le seul usage du noir et du blanc, Craig Thompson nous fait voyager, et aborde les sentiments que l’humain est amené à ressentir de son enfance à l’âge adulte, de l’abandon, à l’amour, la maternité, la destinée, il dépeint aussi le traumatisme sexuel et les discriminations. Habibi est empreint de la calligraphie arabe, son dessin est à la fois capable de porter la réalité mais aussi le rêve et l’immensité, nous ramenant implacablement à des principes moraux s’appliquant au récit conté. Cette bande dessinée nous fait voyager, vivre une aventure mais surtout elle nous pousse à regarder plus haut et à repenser à nos traditions dans le monde d’aujourd’hui.

Article de : Sana Tekaïa

afrique animaux architecture archéologie art artiste ciel cinéma confinement culture découverte découvrir education engagement exposition femmeartiste film flore france féminisme histoire journée mondiale lecture musée nature ouv paix paris patrimoine patrimoinehistorique paysage peintre peinture photographie phénomène promenade protection sciences unesco ville visite visite culturelle vue école éducation

Partager :

[Spécial confinement : Redécouvrir Frida Kahlo]

En ces temps de confinement, le moment est idéal pour se ressourcer, s’ouvrir à de nouvelles perspectives et enrichir sa culture. Comme l’art est une fenêtre permettant de voir un autre horizon que celui des quatre murs de votre chambre, c’est le moment de vous y intéresser. Même si tous les musées sont fermés, le génial outil qu’est internet nous permet de découvrir des milliers d’œuvres et ce, sans restrictions géographiques. N’hésitez donc pas à jeter un coup d’œil à Google art & culture qui créé des expositions virtuelles.

Dernièrement, c’est l’artiste Frida Kahlo qui est mise à l’honneur. On peut trouver un certain parallèle entre cette grande femme qui fut clouée à son lit une grande partie de sa vie suite à un accident et la situation que nous vivons actuellement.
Ce confinement ne l’a pas empêché de créer sa propre vision du monde ni d’exprimer ses états d’âmes.

L’artiste mexicaine, icône du féministe, socialiste et révolutionnaire peint énormément d’autoportraits dans lesquels elle exprime sa souffrance. Son accident la rend handicapée, en proie à des douleurs chroniques et stérile. Frida apprend à peindre seule pendant sa convalescence. Peindre différentes versions d’elle même lui permet de mettre en image ce qu’elle ressent, non seulement dans son corps mais surtout dans son esprit où l’accident a semé le chaos. Elle peut ainsi se représenter brisée et vulnérable mais aussi sensuelle et combative.

L’artiste soulève des questions sur la beauté mais aussi le genre puisqu’elle se représente parfois avec des vêtements d’hommes. Frida Kahlo connaît une grande histoire d’amour tumultueuse avec Diego Rivera, elle a plusieurs amants dans sa vie, hommes comme femmes, elle a aussi une courte liaison avec Trotski lorsque celui ci, réfugié politique, se rend au Mexique.

Les peintures de Frida vous feront voyager entre culture mexicaine et expressions intérieures, menant à des visions tantôt cauchemardesques, tantôt fantasmagoriques. « Je n’ai jamais peint mes rêves, j’ai peint ma réalité propre ».

Si la vie de Frida Kahlo, vous intrigue, n’hésitez pas à regarder le film de Julie Taymor, Frida, sorti en 2002 qui retrace la vie trépidante de cette artiste. Interprétée par Salma Hayek, Frida nous fait rêver et nous inspire par son énergie débordante, sa force créatrice incontrôlable et son anti-conformisme si moderne pour son époque.

Article de : Sana Tekaïa

Visite virtuelle du Musée Frida Kahlo au Mexique :
https://artsandculture.google.com/partner/museo-frida-kahlo

Partager :