[Idée sortie : découvrir « le château du roi de conte de fées allemand »]

Neuschwanstein est l’un des châteaux les plus visités d’Europe, ainsi qu’un des plus photographiés en Allemagne. En effet, il fascine le monde entier à la fois par son architecture romantique grandiose et par le destin tragique de son premier et seul habitant, Louis II. 

Malgré sa soumission aux Prussiens deux ans après son accession au pouvoir en 1866, Louis II décida d’engager ce chantier de grande envergure – qui ne sera toutefois achevé qu’en partie puisqu’il aurait dû être trois fois plus grand – comme pour prouver qu’il lui restait un semblant de souveraineté. La construction du Château de Neuschwanstein qui en résulta, révéla bien la solitude et le monde imaginaire dans lequel il vivait. Les tableaux du château qui en témoignent, s’inspirèrent des opéras de Richard Wagner (à qui le château fût dédié) qui puisaient eux-même dans des légendes médiévales. Trois figures de ces dernières prennent une place particulièrement importantes dans le châteaux, à savoir le poète Tannhäuser, le chevalier du cygne — Lohengrin — et son père Parsifal, roi du Graal.

Louis II eut beau prendre comme autre emblème du château le cygne, l’animal héraldique des comtes de Schwangau dont il se considérait être le successeur, il cacha des techniques modernes et un confort luxueux derrière ces éléments du féodaux, ce qui explique le « Neu » (en Français « nouveau ») présent dans le nom du château.

Construit seulement pour le roi dans un paysage idyllique environné par les Alpes bavaroises, leurs lacs transparents et leurs vastes plateaux de verdure, il fût ouvert au public sept semaines après la mort mystérieuse de Louis II. Accueillant aujourd’hui des visiteurs tout au long de l’année, il est un incontournable de la Bavière, et reste également la base du logo de Walt Disney. 

À 120 km au sud de Munich, il est accessible par les bus 73/78 depuis la gare de Füssen. Profitez de vos vacances pour découvrir cette belle inspiration du château de la Belle au bois dormant !

Article et photographie de : Qianwen Zhao

Château de Neuschwanstein
Neuschwansteinstraße 20, 87645 Schwangau, Allemagne
Ouvert tous les jours, de 09h00 à 18h00

afrique architecture archéologie art artiste ciel cinéma confinement culture découverte découvrir education exposition femmeartiste film flore france féminisme guerre histoire lecture musique musée nature ouv paris patrimoine patrimoinehistorique paysage peintre peinture photographie phénomène politique protection sciences sortie unesco ville visite visite culturelle vue école écrivain éducation

Partager :

[Idée sortie : découvrir la mythique place des Vosges]

Il n’existait plus de place importante pour les fêtes et promenades des Parisiens et Parisiennes depuis la seconde partie du XVIe siècle. Aussi, le roi Henri IV décida-t-il en 1605 de transformer un ancien marché aux chevaux en une magnifique place. Des grands artistes de l’époque tels que Le Brun, Mignard, Androuet et le Nôtre participèrent à sa construction en adoptant un style proche de celui de la Renaissance par utilisation de la brique rose à bordure et encadrements de pierre blanche. Les combles, en ardoise, sont surmontés d’épis de faîtage en plomb. Le Pavillon du roi fut d’abord construit, puis, en prenant pour modèle ce bâtiment, les autres demeures, moins hautes, furent édifiées sur des arcades formant galeries. Chaque côté de la place disposait de 9 pavillons, chacun avec 4 arcades et 1 rangée de 4 fenêtres par étage.

Henri IV ne verra pas son œuvre achevée puisque l’inauguration eut lieu en avril 1612 à l’occasion du mariage de Louis XIII avec Anne d’Autriche. S’y déroula pendant 2 jours une magnifique fête avec un carrousel, des ballets, 1300 cavaliers, 230 musiciens, une retraite aux flambeaux et des feux d’artifice. Une foule bruyante et parée des plus beaux atours y circulait lors du spectacle.

Après la prise de la Bastille, la statue équestre de Louis XIII au centre de la place ainsi que l’inscription sur son socle furent démolies et la place transformée en champ de manœuvre puis baptisée d’abord Place des Fédérés en 1792, puis Place de l’indivisibilité en 1793. Napoléon lui donnera le nom de Place des Vosges en hommage au département de même nom, premier département à s’être acquitté de l’impôt sous la Révolution française et à envoyer des volontaires nationaux, issus de l’arrondissement de Remiremont, pour défendre la Patrie en danger.

A la Restauration en 1814, elle reprit le nom de Place Royale qu’elle abandonnera à nouveau en 1848 pour reprendre le nom que nous lui connaissons aujourd’hui.

Comment y flâner à pied ? La voie la plus aisée consiste à se rendre place de la Bastille. Depuis cette Place, il faut emprunter (à un taux convenable puisqu’on va à pied) la rue Saint-Antoine et au bout de 200 mètres environ, tourner à droite dans la rue de Birague, petite rue de 100 m. environ. Ne vous fiez pas aux 3 porches qui semblent clôturer la rue : on peut les franchir sans problème. Mais, les porches une fois passés (ils sont situés juste sous le « Pavillon du roi » au n°1 de la Place), on reste interdit, non pas de séjour, mais de stupeur face au magnifique panorama que nous offre la Place des Vosges, anciennement dénommée Place Royale (mais pas en raison d’un hommage à l’une de nos anciennes ministres !) et le Pavillon du roi au-dessus des 3 porches d’entrée. L’autre entrée, diamétralement opposée, donne sur la rue de Béarn.

Vous pourrez réviser dans le parc, qui est l’un de ceux dont on peut s’asseoir dans la pelouse, et vous promener et visiter les galeries d’art qui entourent la place.

Article de : Cécile Radmacher

Place des Vosges, 75004 Paris
Ouvert tous les jours (espace public)

afrique architecture archéologie art artiste ciel cinéma confinement culture découverte découvrir education exposition femmeartiste film flore france féminisme guerre histoire lecture musique musée nature ouv paris patrimoine patrimoinehistorique paysage peintre peinture photographie phénomène politique protection sciences sortie unesco ville visite visite culturelle vue école écrivain éducation

Partager :