Une journée cruellement nécessaire encore aujourd’hui …

          Dans moins d’une semaine, le lundi 02 novembre 2020 marquera la journée internationale de la fin de l’impunité pour les crimes commis contre des journalistes. Une date chère à l’UNESCO, qui ne manque pas de la mettre en avant sur son site internet.

Cette journée a été mise en place par une résolution adoptée par l’Organisation des Nations Unies en 2013 et la date a été choisie en mémoire de l’assassinat de deux journalistes français au Mali le 02 novembre 2013. À cette occasion, l’antenne UNESCO de SONU en profite pour faire un point sur la situation mondiale des journalistes, mais aussi sur la position de l’UNESCO quant à cela.

Selon l’association Reporters Sans Frontières, près de 27 journalistes ont été tués depuis le 1er janvier 2020, dont 5 au Mexique, 4 en Irak et 3 respectivement au Honduras et au Pakistan. Ils rejoignent ainsi le total macabre de 1413 journalistes tués depuis l’année 1993.

L’UNESCO s’inquiète de ces chiffres qui démontrent une volonté croissante de museler les médias, acteurs importants de la culture. Au Mexique notamment, le nouveau gouvernement en place n’a pas pris les moyens suffisants pour lutter contre l’impunité des crimes commis à l’encontre des journalistes. Le pays, qui demeure le plus meurtrier d’Amérique Latine pour les médias, comporte de forts risques pour les journalistes qui cherchent à s’intéresser aux affaires de crime organisé. L’Irak est également un pays très dangereux pour les journalistes, en témoigne son classement à la 162ème position quant à la liberté de la presse. Les reporters qui s’aventurent sur les terrains liés à la corruption et aux manifestations prennent des risques insensés pour leur vie, dans un pays où des milices n’ont aucun mal à assassiner les journalistes. Depuis 2019, la situation tend à s’aggraver en Irak car des contestations émergent face à un gouvernement qui est prêt à tout pour museler l’opposition et les journalistes qui la représentent. Enfin, au Honduras, le président Hernandez, réélu en 2017, mets en place de nombreuses manoeuvres afin de porter atteinte à la liberté de presse. Ici, la police et l’armée contribuent au plus grand nombre d’exactions contre les journalistes et l’impunité régnant renforce les menaces pesant contre la presse et les médias.

Face à cette situation qui demeure grave, l’UNESCO et Reporters Sans Frontières s’inquiètent du fait que ces crimes représentent une incapacité réelle de dénoncer des faits commis à l’international. Dans ce sillage, on peut notamment penser à la situation catastrophique du peuple Ouïghour en Chine, où le gouvernement cherche à mettre en place le plus grand nombre de moyens technologiques pour limiter la presse et les médias. L’absence de communication du gouvernement et le manque de visibilité de cette situation à l’international interrogent et illustrent malheureusement les craintes partagées par l’UNESCO et Reporters Sans Frontières.

L’UNESCO et l’ONU condamnent cette situation et, depuis 2003, l’UNESCO recense les crimes commis contre les journalistes avec un observatoire sur les journalistes assassinés par pays, ce qui permet d’avoir une vision tristement objective de la situation. On note aussi de nombreux rapports réalisés par la directrice générale de l’UNESCO sur la sécurité des journalistes et les dangers de l’impunité de tels crimes. Le dernier en date a été publié en 2018 et ces rapports, réalisés à la demande des États membres du Programme international pour le développement de la communication de l’UNESCO (PIDC), permettent d’assurer le suivi des assassinats de journalistes par des analyses incluant les réponses des États membres concernés (https://en.unesco.org/sites/default/files/unesco_dg_report_2018_highlights_fr.pdf). De plus, une conférence mondiale sur la liberté de la presse est organisée en ligne par l’UNESCO les 9 et 10 décembre 2020 afin d’aborder notamment, l’impact de la Covid-19 sur la viabilité des médias mais aussi la lutte contre l’impunité des crimes contre les journalistes et les nouvelles formes d’attaques envers ceux-ci. Ce domaine relève de la compétence de l’UNESCO notamment car il s’agit d’exactions et d’atteintes à la liberté des médias qui représentent la culture dans son ensemble.

Enfin, si la France peut nous paraitre épargnée et éloignée de ces problématiques, il s’agit cependant de souligner que la violence contre les médias et les journalistes semble avoir augmenté depuis les manifestations des gilets jaunes en fin d’année 2018. De plus, ceux-ci sont de plus en plus victimes d’intimidations par des acteurs qui ne cautionnent pas leurs propos. Le récent assassinat du professeur Samuel Paty en témoigne, la liberté d’expression des acteurs de la culture mais aussi de l’éducation semble aujourd’hui et plus que jamais, menacée dans nos démocraties.

Article de Emma Laurent

Partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *